IST
Rôle, missions et compétences
des infirmier(e)s de santé au travail


Licence Creative Commons

le travail sur écran

dossier
mis à jour le 03/10/2009


Le travail sur écran devient de plus en plus d'actualité : d'une part, l'informatisation apparaît comme une nécessité pour un accroissement de productivité, et d'autre part, dans la vie personnelle, de plus en plus nombreux sont les surfeurs sur le net et les utilisateurs de jeux vidéos.

Des études récentes (02/2007) montrent que le travail sur écran peut être source de troubles musculosquelettiques, de fatigue visuelle et de stress, mais de bonnes conditions de travail ergonomiques et organisationnelles permettent de réduire ces troubles.






haut de page

Définition

travailecranOn parle de poste de travail sur écran quand les salariés passent une partie importante de leur temps de travail (> 4 heures par jour) sur écran de visualisation.

Ne sont pas concernées les cas suivants cités dans le décret n°91-451 du 14 Mai 91 :
"a) Les postes de conduite de véhicules ou d'engins ; b) Les systèmes informatiques à bord d'un moyen de transport; c) Les systèmes informatiques destinés à être utilisés en priorité par le public ; d) Les systèmes portables dès lors qu'ils ne font pas l'objet d'une utilisation soutenue à un poste de travail ; e) Les machines à calculer, les caisses enregistreuses et tout équipement possédant un petit dispositif de visualisation de données ou de mesures nécessaires à l'utilisation directe de cet équipement ; f) Les machines à écrire de conception classique dites " machines à fenêtre ". "

Le "poste type" de travail sur écran se compose en général d'une unité centrale (UC), d'un écran, d'un clavier, d'une souris, d'un fauteuil.

haut de page

Fatigue oculaire



Le travail continu devant un écran peut provoquer des troubles oculaires à types de picotements, rougeurs, baisse de l'acuité etc... et également des maux de tête. S'il existe déjà un défaut visuel non corrigé, la fatigue sera plus accentuée.
Ces troubles disparaissent en général avec l'arrêt du travail sur écran.

Les utilisateurs de PC se plaignent également de sécheresse oculaire (absence de larmes). Ce phénomène pourrait être causé par l'air sec ou pollué, la diminution de clignement des paupières, l'écran trop haut.


Les salariés qui travaillent sur écran d'une façon importante bénéficient d'une surveillance médicale. En cas des troubles visuels, ils doivent en informer le service de santé au travail.


haut de page


Troubles musculosquelettiques

Le travail sur écran de façon prolongé peut engendrer des troubles musculo squelettiques (TMS) au niveau dos, cou, épaules, poignet et mains, décrites dans le tableau des maladies professionnelles n°57 pour le régime général et N°39 pour le régime agricole.
En France, 3 à 4 % des TMS reconnues seraient imputables au travail sur écran (source INRS)

L'origine des TMS est multifactorielle, pour le travail sur écran, nous trouvons :

  • la posture statique et prolongée
  • les gestes répétitifs
  • le contenu de la tâche, monotonie, concentration
  • l'ergonomie du poste
  • le stress

  • Les troubles musculo squelettiques peuvent être notablement réduits par

  • une bonne ergonomie du poste de travail
  • des pauses régulières
  • une organisation du travail adaptée
  • des tâches variées
  • une bonne connaissance des logiciels utilisés

  • haut de page

    Stress


    Le travail sur écran peut être source de stress par une mauvaise connaissance des logiciels utilisés, des temps de réponses longs, des bugs informatiques avec arrêt de fonctionnement ou perte du travail en cours, des changements dans l'organisation du travail, des contraintes de temps.



    Problèmes cutanés


    Ces problèmes seraient plutôt causés par la sécheresse de l'air ambiant (climatisation) que par le travail sur écran lui-même.






    Rayonnements


    pcetoileDivers rayonnements sont émis par les tubes cathodiques (Ultra Violet, Infra Rouge, Rayons X, ultra sons, champs électriques et électromagnétiques), mais restent largement inférieurs aux valeurs limites d'exposition. Ces rayonnements sont encore plus faibles dans les écrans à cristaux liquides ou à plasma. Les études faites n'ont pas démontré d'augmentation des fausses couches chez la femme enceinte travaillant sur écran de visualisation.

    haut de page



    ergonomie

    pc

    Pour une bonne installation du poste de travail, il faut tenir compte de tous les éléments qui composent le cadre de travail:

    Le décret n°91-451 du 14 mai 1991 indique les points suivants :

    ventilateur

    La température et l'hygrométrie

    doivent être réglables pour le confort de l'opérateur et la pièce de travail doit être correctement ventilée.


    L'éclairage

    naturel est préférable à l'éclairage artificiel, mais dans la majorité des cas, des luminaires sont nécessaires. Dans le cas du travail sur écran, il faut installer le poste perpendiculairement aux fenêtres et entre deux rangées de plafonniers pour éviter à l'opérateur d'être ébloui et d'avoir des reflets sur l'écran.

    lampe
    L'éclairage des lieux de travail de bureau doit être au minimum de 200 lux. Les fenêtres peuvent être munies de stores ou de rideaux, les luminaires doivent posséder des grilles de défilement et ne pas clignoter.
    Aidé d'une lampe d'appoint, l'opérateur peut consulter facilement son document et son clavier.



    haut de page

    Le fauteuil


    fauteuilIl doit être muni de 5 pieds, réglable, confortable et permettre à l'opérateur d'appuyer son dos et n'occasionnant pas de pression à l'intérieur des genoux.
    Le fauteuil pourra être agrémenté d'un repose-pied si les pieds ne reposent pas à plat sur le sol.

    Les jambes forment un angle droit. Il doit y avoir un espace de 10 à 15 cm entre les cuisses et le bureau.


    le plan de travail


    Il doit être mat et pastel pour éviter de générer des reflets. S'il possède deux niveaux le plus bas sera réservé à la souris et au clavier.


    l'écranecran2


    Sa taille dépend du travail à effectuer, par exemple : il sera de 21 pouces pour les dessinateurs industriels et de 17 pouces pour du travail de secrétariat. Il sera traité contre les reflets ou à défaut comporter un filtre. Il doit être nettoyé régulièrement et ne pas avoir de clignotement. Il sera orienté face à l'opérateur, le haut de l'écran au niveau des yeux pour éviter la fatigue musculaire au niveau du cou et des épaules.
    Les écrans à fond clair sont préférables au fond noir et le contraste doit être satisfaisant.
    Les écrans à cristaux liquides ou à plasma ont des niveaux de radiations plus bas que les tubes cathodiques. Par leur faible encombrement, ils sont plus faciles à installer.

    haut de page

    le clavier



    clavierIl sera posé devant l'opérateur à la même hauteur que le coude de l'opérateur. Les touches doivent être douces et il faut éviter de faire reposer les poignets sur le plan de travail. Il sera idéalament éloigné du bord du bureau de 10 à 15 cm pour permttre un angle confortable au niveau des bras.




    la souris


    souris
    Elle sera posée sur un tapis à côté du clavier à droite pour les droitiers, à gauche pour les gauchers. Les gauchers devront utiliser des souris pour gaucher. Le poignet ne doit pas être en appui sur le bureau pour éviter la compression au niveau du canal carpien.



    haut de page



    le porte document



    Il sera posé entre le clavier et l'écran à la hauteur du regard pour éviter les mouvements fréquents de la tête et la fatigue oculaire.


    le PC portable

    De plus en plus utilisé, il permet de travailler pendant les trajets professionnels (train, avion) et au domicile. Cependant, il pose quelques problèmes ergonomiques.
    - l'écran
    - la clavier
    - l'installation générale
    - le rythme de travail




    ecran1

    Position confortable


    Le regard légèrement vers le bas, le haut de l'écran à hauteur des yeux.
    L'angle du coude doit être droit ou obtus.
    La main dans le prolongement de l'avant bras.
    Le dos soutenu par un dossier.


    Rythme de travail


    Le travail sur écran par l'attention soutenue et les postures de travail qu'il impose provoque fatigue oculaire et troubles musculo-squelettiques. Des pauses réparties dans la journée éviteront ces inconvénients si elles sont prises avant l'apparition des troubles. La pause est un réel changement d'activité, l'attente d'une réponse sur l'écran n'est pas suffisante. Les pauses doivent être courtes et fréquentes, des pauses longues et rares étant moins reposantes. La fréquence des pauses sera de 15 minutes toutes les 2 heures ou de 5 minutes toutes les 45 minutes, selon la tâche effectuée.


    Pendant les pauses, l'opérateur peut effectuer des petits mouvements de "gymnastique" adaptés (rotation de la tête, étirement du dos,...) permettant de reposer les yeux et les muscles.

    Le travail sur écran sera mieux vécu si les tâches sont variées et motivantes, permettant la prise d'initiatives, avec des logiciels adaptés sur lesquels l'opérateur aura été suffisamment formé. Le matériel informatique doit assurer un temps de réponse rapide et limiter les "bugs".

    haut de page


    L'employeur



    Dans le document unique, l'employeur doit mettre à jour l'évaluation des risques de l'entreprise art R230-1 du code du travail . Le travail sur écran figure dans ces risques.
    haut de page


    Information aux salariés



    Les salariés doivent recevoir une information sur leur poste de travail et être informés des risques liés au travail sur écran de visualisation.
    haut de page


    Surveillance médicale


    Le salarié devant être affecté à un poste de travail sur écran doit passer un examen des yeux et de la vue lors de sa visite médicale d'embauche permettant de dépister toute anomalie de la vision (acuité visuelle, phories, vision des couleurs, ...)  art R241-48 du code du travail
    Le médecin du travail peut demander un examen complémentaire chez un spécialiste. Cet examen à la charge de l'employeur et compté comme temps de travail art R241-53 du code du travail

    L'examen de la vue sera renouvelé au cours de la visite médicale tous les 24 mois art R241-48 du code du travail ou sur demande du salarié. En effet, un salarié souffrant de fatigue visuelle, de troubles visuels ou de maux de tête pouvant être imputés au travail sur écran, doit se faire examiner par le médecin du travail. Ce dernier pourra demander un examen plus approfondi chez un ophtalmologiste.

    Les examens complémentaires effectués par l'infirmier de santé au travail sont effectués le plus souvent à l'aide d'un visiotest ou d'un ergovision. L'interrogatoire de pré-visite pourra porter sur les troubles visuels, les maux de tête, les douleurs du cou, du dos, des épaules, des poignets et des mains.

    Selon les accords de branches, le travail sur écran peut être considéré comme nécéssitant une surveillance médicale renforcée. art R241-50 du code du travail

    haut de page


    En savoir plus

    pixel : une aide pour évaluer le travail sur écran des salariés

    Des conseils animés de l'institut de santé au travail du nord de la France

    Bossons-futes fiche sur le travail sur écran (Dernière mise à jour octobre 2005)
    AST 67 dossier sur le travail sur écran (dernière mise à jour en janvier 2006)
    AMST Toulouse Prévention Santé Travail sur Ecran
    GIMS13 Evaluer les risques pour mieux les prévenir le travail sur écran
    inrs dossier sur le travail sur écran (Dernière mise à jour 17/01/2007)
    actualites inrs (02/2007)
    dos majeur travail devant écran de visualisation

    Décret 91-451 du 14 mai 1991

    haut de page